L’ère de la banalisation

Petit à petit, la culture hip-hop rentre dans le milieu du tatouage, à la plus grande surprise des tatoués/tatoueurs.kid-ink

Ce geste, à entraîné le show business à tenter l’expérience, qui se sont fait, à leur tour, suivre par les stars. Le côté « mauvais garçon » auquel s’apparente le tatouage est désiré par tout le monde. C’est ainsi que le look rebel monte sur les podiums de la haute couture rendant le tatouage « cool ».

Les marques ainsi que le monde de l’image s’accapare eux aussi le tatouage le rendant moins intimidant . Enfin, le tatouage se transforme en une lubie qui se répand dans presque toutes les couches sociales, y compris dans la haute société.

Le tatouage a connu, à travers les siècles, de nombreuses significations et évolutions. De marque d’appartenance à une tribu, au signe de l’esclavage et de l’humiliation, celui-ci a bien sûr évolué selon les époques et selon les lieux.

Dans certaines parties du monde, la valeur du tatouage reste inchangée depuis la Préhistoire. En revanche, on ne peut pas dire que c’est le cas dans notre monde occidental. En effet, l’inscription corporelle a subi des mutations considérables tout au long de son parcours. Actuellement, le tatouage a perdu sa signification première, pour devenir un effet de mode, une appartenance à un groupe. Cette situation a atteint une telle ampleur, que des gens tatoués depuis des années, enlèvent leurs tatouages, pour ne pas être mêlés à un conformisme ambiant.

JPG-COCA-e1340632423433Depuis les années 1980, les médias ont largement contribué à changer la vision des tatouages, du moins pour la jeunesse. Leur envie était de se singulariser par apport au reste de la société, de devenir unique face à un monde tendant au conformisme. Ceci diffère des tatouages tribales, qui avaient une signification d’appartenance à un groupe ou caractérisant une tranche d’âge ou un évènement donné.


Cependant, depuis quelques années, cette manière de se différencier du groupe a fini par donner naissance à un phénomène de mode. Nombre sont les jeunes qui se tatouent pour faire comme les autres ou pour être remarqués en oubliant le fondement même du tatouage, la signification inscrit ad aeternam vitam sur la peau. Pour cela de nombreux jeunes regrettent leur acte peu de temps après leur passage chez le tatoueur. Bien qu’il existe différents moyens de « détatouer » (laser, ablation chirurgicale, trempage, …), ils sont dangereux et laissent souvent des cicatrices.

LTR-2Dans notre société de consommation, tout prône la perfection, l’idéalisme d’un corps parfait. Le sport, le maquillage, les régimes, etc…, tout ceci répété sans cesse dans notre environnement, pousse les personnes dans un sentiment de contrôle et de transformer notre corps selon nos envies, banalise le tatouage. L’individu veut s’individualiser du reste du monde, mais face aux regards des autres, il s’oblige inconsciemment à suivre une doctrine, et devient finalement aussi banal. Malgré cela, les gens pensent toujours prendre leurs décisions seuls, le poids de la société reste tout de même présent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s