Phénomène de mode

Pendant longtemps, le tatouage était le signe des marginaux, des rébus de la société. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, pourquoi ?

Premièrement, il faut savoir que le tatouage est plus largement diffusé qu’auparavant. Stars mondiales tatouées de la tête aux pieds, salons de tatouage à proximité, influence de groupes ont donné aux jeunes l’envie de reproduire sur leurs corps, cet effet de mode.halle

Malgré cet effet de mode, on constate que derrière cette démarche, il y a toujours, au départ, un but bien précis. Il peut s’agir d’une affirmation identitaire, d’un geste symbolique inconscient ou encore l’envie de s’autonomiser du cercle parental. En effectuant, un tatouage, l’individu fait savoir à son entourage qu’il veut prendre possession de son corps. Désormais, il pourra décider lui-même de son devenir, sans forcément se sentir, « contrôler » par autrui. Parfois, on peut traduire cela par une envie de révolte : le fait que les parents ne soient pas d’accord ou même pas au courant, prend une part importante du processus d’individualisation.

Depuis sa naissance, le nourrisson est influencé par son environnement direct, la relation privilégié qu’il entretien avec sa mère est une part importante de la formation du Moi (libre arbitre) et la mise en place du Surmoi, qui tend à la perfection des agissements de l’individu. Les soins matériels de la mère lui permettent de construire les bases de son image souvent bouleversées à l’adolescence.

La peau fait office de barrière entre les deux, protégeant des menaces extérieures. Le tatouage permettrait à l’enfant, une fois devenu adolescent, d’investir son corps, en abordant dans un climat de sécurité la vie. La mère peut donc influencer les agissements esthétiques de son enfant. Pour devenir un adulte, le jeune doit être rassuré et ne pas avoir d’angoisse sur son identité, ce serait en quelque sorte le moyen de sortir de l’enfance, et de la protection maternelle.

Il existe toute sorte de tatouages, et quelques en soit la venue, la période ou la forme qu’ils prennent, ces derniers en disent beaucoup sur la personne.

Souvent, les parents ont une image négative du tatouage, ils l’associent aux sadomasochistes, à l’homosexualité (pénétration de l’aiguille dans la peau), signe de marginalité ou de révolte face à la société. Rares sont les parents, non-tatoués, qui encouragent le jeune, certains le font, discutent avec leurs enfants pour bien comprendre la démarche, certains l’accompagne même jusque chez le tatoueur.

En effet, le tatouage marque de façon permanente, un affect, une amitié, une histoire ou une connivence. L’adolescent montre qu’il peut prendre des risques, écrire une histoire sur son corps, prendre une initiative autonome.le-puzzle-ne-se-resout-que-s-ils-sont-reunis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s